Accueil

Parcours de maintien dans l'emploi

Des solutions sont mises en œuvre pour accompagner une personne don

Maladies chroniques évolutives

La démarche menée depuis 10 ans par l'Aract Aquitaine intéresse l'Aract de Picardie.

L'Aract Aquitaine au Salon Préventica

Écouter, partager et découvrir les dernières innovations pour apporter les meilleurs réponses à vos problématiques.

Maladies inflammatoires chroniques de l'intestin

Current Size: 100%

Description et évolution

Les MICI (Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin) regroupent principalement la maladie de Crohn et la recto-colite hémorragique.
Ces maladies se révèlent en moyenne entre 20 et 30 ans et se caractérisent par des phases d’activité d’intensité variable (appelées “poussées"), alternant avec des périodes de rémission.

 

En France, l’incidence de ces maladies (nouveaux cas chaque année) est comprise entre 4 et 5 pour 100 000 habitants et touchent hommes et femmes, avec une prédominance chez la femme à partir de l'adolescence. 200 000 personnes en France seraient atteintes de MICI (source ALD).
 
 

Effets de la maladie ou des traitements

  • Le fait que la maladie soit stabilisée ou non est important.
  • Proximité ou connaissance des accès aux toilettes
  • Fatigabilité importante souvent liée au traitement
  • Douleurs
  • Irritabilité (en lien avec douleurs)
  • Pathologies qui peuvent être associées comme la spondylarthrite
  • Nécessité d’un rythme de vie régulier
  • Un régime alimentaire spécifique est conseillé lors des poussées

 

 

Impacts dans le travail

Une enquête réalisée par l’AFA (Association François Aupetit) auprès d'environ 2000 personnes atteintes de MICI, la majorité des personnes estimaient devoir faire X 2 plus d'efforts qu'une personne normale pour assumer les tâches de la vie quotidienne, y compris au travail.

Les impacts les plus souvent constatés sont :

  • L'absentéisme :
    • Arrêts longs en cas d’hospitalisation (chirurgie, dénutrition)
    • Arrêts courts et réguliers pour la prise de certain traitement (ambulatoire)
    • Arrêts peu prévisibles en cas de poussée (phase aigüe)
  • Une organisation spaciale (proximité des toilettes)
  • Une organisation organisationnelle durée, des entretiens, des réunions
  • La nécessité de quitter le poste
  • La gestion de la fatigue
  • Des facteurs aggravants potentiels : stress au travail, travail de nuit ou horaires décalés (générateurs de poussées)

 

 

Ressources documentaires